La randonnée du 23 juillet au 4 août. Le retour, fin !

Samedi 4
Réveillée de bonne heure, mais je traîne, me rendors même un peu. On avait décidé de mettre un réveil pour 9h00, comme Thierry arrivait vers 10h00. Nous prenons le petit déjeuné tout en discutant, en trainant… Thierry, Judith et Brigitte arrivent à l’heure, bon pas par le bon côté, quand je me dirige vers le portail Brigitte me décris de dos !
Tout l monde discute un peu, tout en chargeant les affaires.
Je propose à Anne-Charlotte de faire des photos avec nos juments, on a zappé la veille !
Voilà nous partons… c’est la fin d’une belle randonnée et de si jolies rencontres !


A peu près deux heures de route, les filles ont été sages, et nous n’avons pas eu de bouchons. Un très grand merci Thierry pour cet aller-retour. Ténébra comprend vite où elle est, Dipti suit mais sans se presser !
Quand nous arrivons devant le portail, les trois sont ensembles et en haut. Ils ne semblent pas comprendre de suite ce qui se passe ! Wares a la tête tendue vers nous. Cela nous laisse le temps d’ouvrir et de rentrer avec les juments. Les filles aussi avaient la tête tendue en les regardant !

Les trois les attendent, mais comme d’habitude, Ténébra est en mode : « personne n’apporche ma fille ! »
Lulu comprend très vite et reprend ses habitudes : je m’éloigne… Quant à Jojo et Warou, ils insistent… Ténébra lève le postérieur, Jojo continu mais en prenant garde ! Tout est normal quoi !

——————————————————————-
Mercredi 8 août
Le fait d’écrire, de résume cette randonnée, fait remonter de bons souvenirs, toutes ces belles rencontres, le temps passé avec mon fils (même si ça n’a pas toujours été facile, je suis très heureuse et ça été moins dur que ce que je craignais !), mais aussi les choses à changer. Dipti est un peu plus compliquée en paddock que Ténébra, j’envisage les entraves pour la prochaine. Je peux retirer encore des tee-shirt (chose que nous avions fait à la fin de la première semaine quand Thierry est rentré) et surtout en trouver des plus fins ! En même temps, ça dépend aussi de la période, là, nous avons pu laver notre linge !
Niveau sacoches, nous n’étions pas mal, je pense qu’entre l’électrificateur/piquets et les affaires d’Antoine, y a moyen de faire autrement pour qu’il ne porte pas de sac à dos. Merci Anne-Charlotte de lui avoir pris les deux derniers km :D.
Reste le souci de la bouffe… c’est lourd si on prend du frais, et quand on n’a pas beaucoup d’épicerie en chemin, nous sommes obligés d’avoir plus…
Par contre, ça ne me l’avait pas fait l’an dernier (mais nous savions où nous dormions !), je n’ai pas encore passé une nuit sans me réveiller en plein milieu de la nuit en me demandant, après avoir tenté d’ouvrir la tente, comment vont les juments, me dire qu’il faut qu’on avance et où allons-nous dormir ! hum ! en fait je devrais peut-être repartir 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s