La randonnée du 23 juillet au 4 août J10

Mercredi 01 août
Nous rangeons nos affaires dans la chambre, puis direction petit déjeuné : jus de fruit, croissant, confiture, miel… Nous sommes les premiers, nous devons donc nous mettre vers le fond. Une bien jolie table. Nous ne verrons arriver qu’un couple et leur fille. Nous avions la chambre Mansard, c’est le nom de l’inventeur des fenêtres sous comble 😊


Démontage du paddock, les filles sont bien du côté le plus frais et, près de la sortie aussi. Le potager est sauf 😀
Le frère du propriétaire nous propose de nous prendre en photo, d’abord avec son appareil, ensuite avec les notre :D. Avant il y avait des chevaux qui venaient, maintenant faudrait faire quelques travaux pour que tout l’entourage soit clos, mais (le château resterait dans la même famille mais avec un changement de proprio) le prochain envisage d’en faire revenir.

Du coup nous partons aussi tard que les premiers jours 10h20 ! Pourvu qu’il ne fasse pas trop chaud ! Aujourd’hui, nous allons traverser La Loire 😊

Nous aurons des conducteurs sympas, donc beaucoup moins… Le chauffeur de l’énorme camion a été vraiment cool, il est passé doucement et n’a pas accélérée tant que Dipti n’était pas complètement passée ! Il vérifiait par la fenêtre.
C’est magnifique ! Nous ne prenons pas le côté piéton car, il semble étroit et nous avons peur pour les sacoches !

Nous longeons un bon moment la D112, mais sur la piste cyclable et bas-côté. La circulation n’a donc pas d’impact ! Nous retrouvons des ponts qui ressemblent aux grilles, Dipti y va toujours aussi doucement !

Nous allons à pied jusqu’au pont de chemin de fer. Antoine est persuadé qu’il n’y a plus de train… Nous avons juste le temps de monter après le pont, que le train passe ! C’est le retour dans la plaine… Nous ne serons pas longtemps en selle car, nous nous arrêtons demander de l’eau… Près de l’abreuvoir un nombre impressionnant d’abeilles qui volaient et venaient s’abreuver !

Nous arrivons à Villesablon, repérons un terrain qui semble avoir déjà servi pour des chevaux, abri, abreuvoir, mais clôture pas complètement faite (ça ne ressemble pas à quelque chose qu’on met en place). Ce petit village, fait plus mort que les autres, je trouve l’air pesant… Antoine frappe aux portes, j’attends de l’autre côté avec les chevaux. Il tombe d’abord sur une dame gentille, mais son mari, et leur fille, surveillaient derrière la fenêtre !! Elle lui dit qui est la proprio du terrain. Antoine va la voir et là… il avait à peine terminé sa phrase que c’est un non catégorique, et pas très aimable. Surpris et désappointé, il revint vers moi. Nous avions fait 17 km, et le prochain village semblait loin. Nous décidons de faire le tour du village. L’ambiance entre voisins semble inexistante… On s’en est aperçu quand une dame nous propose de l’eau pour les chevaux et qu’une autre arrive pour rentrer chez elle. On demande à une autre, à qui appartient le bout de terrain à côté de chez elle. « Il habite à mer » je lui demande si elle a un numéro de téléphone : « ah non, je me suis engueuler avec ! ». On garde cet endroit en secours… Nous continuons et nous tombons sur notre sauveur ! ^^
Le jeune homme nous dit d’aller voir près du hangar, son père doit y être… comme nous venons d’y passer, nous lui répondons que nous n’avons vu personne, il l’appelle. Nous retournons près du hangar et monsieur arrive. Il nous montre où nous installer, ça me paraît très bien, et pas besoin de monter tout un paddock…enfin ça….
Antoine lui rapporte la conversation avec la dame, il est surprit car, en effet, ils ont eu des chevaux…
Nous avons de quoi doucher les chevaux (et nous, au tuyau^^). Madame va venir nous apporter des tomates de son jardin (et quelques-unes de la serre). Nous avons lavé notre linge, j’avais peur qu’il ne sèche pas vu qu’il était 16h30, mais il y avait un peu de vent ! Je sécurise donc les deux sorties possibles, mets un banc sur le côté où se trouvait des bouteilles dans un seau mais aussi quelques morceaux d verres cassés au sol, et l’endroit où il y avait du bois mais des planches cloutées aussi.
Les juments ont pas mal de place, il y a encore un petit renfoncement sur le côté (ça va un peu plus loin derrière la table). Antoine fait ses siestes de 20 mn, les juments aussi !

Nous sommes bien, jusqu’au moment du coucher…
Dipti allait pas mal vers l’entrée, l’espace derrière et la route m’inquiétait, du coup je dis à Antoine que nous allons mettre nos tentes là pour lui couper la vue… mauvaise idée… je me suis fait des films !!!!
Nous nous couchons et là Dipti vient de plus en plus près du fil, marche de long en large…Ténébra suit mais est beaucoup plus calme ! Je finis par me lever, après avoir essayé à l’attache, (les deux grattaient…et tiraient), avoir reconsolider l’autre sortie, où elle allait voir quand même, je rajoute un fil un peu plus loin du premier et électrifié, le cauchemar avait commencé : j’imaginais Dipti avec son fil sur la tête (c’est bien parce que c’est arrivé…) traverser nos tentes ! Je lui mettais la lumière dans les yeux pour la faire reculer, je me levais et la chassais… une pause, elles se pausent toutes les deux, juste devant ma tente, vers 2h00, j’en profite, je me couche vite et dors un peu. Je me relève (peut être 1h après) Dipti arrive à aller dans le tas de bois… je lui laisse à porter le morceau qu’elle grignotait et bloque le reste… 5h00 une nouvelle accalmie… 6h00 je suis debout !
17.27 km dont 9.5 à pieds. (la moyenne en déplacement est faussée par notre marche/broutage et la recherche du campement)
https://connect.garmin.com/modern/activity/2905272990

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s