Notes du stage de la CA (5 et 6 août 2017)

C’est un stage effectué chez Christine et présidé par Marjolaine. Caroline, notre chauffeur du jour, passe me prendre, avec Thierry et Florence (et leur chienne), à 7h10. Proche de l’arrivée, nous n’avons pas trouvé de boulangerie ouverte… ce sera des crêpes (préparées par notre hôte) à ce petit déjeuné.
L’accueil est très chaleureux (je connais Christine depuis quelques temps, et avec Marjo, nous avions échangé quelques mails). Arrivent Ghislaine avec un couple Chantale et Jean-Claude. Le temps d’échanger quelques mots et faire connaissance, tour de table, bien sûr^^, nous débutons donc notre chemin vers la Communication Animal.
Voici mes notes.

Samedi 05 août
1/ Poser ses peurs
Qu’est-ce qui peut m’empêcher aujourd’hui de communiquer ? (Pour moi, dans l’ordre du ressenti au moment de la question)
– Le retour de l’animal, ou le non-retour !
– Savoir « interpréter »
– L’effet groupe
– Concentration, lâcher prise
– Gérer la suite
– L’effet photo (ça me semble plus « irréaliste » qu’en la présence de l’animal !)
Et une question que nous nous posions probablement tous, mais aucun ne la dit Marjo n’est pas très surprise : la peur de la réussite !

2/ Différence entre Communication Intuitive et CA ?
Il n’y en a pas. En fait, il nous faut éviter (surtout pour ceux et celles qui souhaiteraient en faire leur métier) d’employer le mot intuitif (ajouté à communication) car il est déposé par Anna Evans.
Les deux donc sont une communication venant du cœur + intuition => regarder à l’intérieur de soi et écouter
Intuition : mode connaissance pensée, « jugement » immédiat
C’est perçu comme inconsciente, on ne sait pas d’où et comment ça vient, où ça va…mais c’est là !
Le côté scientifique : il existe deux théories pour expliquer que ça vient du cerveau.
a/ celle du D. Rupert Sheldrake
Rupert Sheldrake (né le 28 juin 1942), est un auteur parapsychologue anglais, ancien biochimiste, titulaire d’un doctorat (1967) en biochimie de l’université de Cambridge. Depuis 1981 ses écrits sont essentiellement centrés sur son concept de « résonance morphique »n 1, qui reprend celui de « champ morphogénétique » (dont l’existence avait été suggérée, dans les années 1920, par Hans Spemann, Alexander Gurwitsch et Paul Weiss[réf. souhaitée]).
Ses recherches incluent des thèmes comme le développement et le comportement chez les animaux et les végétaux, la télépathie, les perceptions extrasensorielles et la métaphysique.
LE RYTHME BÊTA (13-30 HERTZ)
Ce rythme correspond à l’activité d’éveil normale du cerveau. Il est associé à une pensée ou une attention active. L’attention est dirigée vers le monde extérieur afin de résoudre les problèmes concrets.
LE RYTHME ALPHA (8-13 HERTZ)
Il est plus précisément de 8 à 13 Hz chez les adultes et de 4 à 7 Hz chez les enfants. Ce sont les fréquences les plus présentes de l’activité totale du cerveau (le cerveau émet plusieurs fréquences à la fois, à des amplitudes différentes). Elles sont plus présentes lorsque l’on ferme les yeux. Pour plusieurs chercheurs, elles correspondent à un état intermédiaire, en attente d’une production d’images ou de stimuli provenant du centre visuel du cerveau. L’état de relaxation, la sensation de bien-être et d’attention semblent être en relation avec une dominance de ces fréquences. Il est intéressant de noter que les fréquences du rythme alpha sont très proches des fréquences que la terre produit et qui sont appelées champ Schuman65 (7,83 hertz). Les chamans utilisent des techniques visant à se syntoniser à l’énergie tellurique de la terre depuis des temps lointains. Il est possible que ces techniques eussent pour but d’amener le cerveau du chaman à s’harmoniser à la fréquence de la terre.
Selon le parapsychologue et médecin Andrija Puarich, les fréquences de 8 à 12 hertz correspondent aux états de méditation ainsi qu’à la plupart des activités psychiques comme la clairvoyance, la médiumnité, etc. Selon Jon Klimo, des recherches plus récentes ont montré que les sujets “psi” génèrent des ondes cérébrales de l’ordre de 8 hertz lorsqu’ils tentent de produire des phénomènes psychiques. Ce qui est surprenant c’est que ces ondes cérébrales se produisent dans l’hémisphère gauche, associé au langage et aux facultés analytiques.
Bob Beck, pionnier de l’expérimentation des ondes cérébrales, a confirmé les travaux de Puarich. Il a développé un cérébro-transmetteur (brain tuner) lui permettant d’induire une fréquence de 7,8 hertz dans le cerveau. Après une expérimentation sur une centaine de sujets, il a entre autres constaté que cette fréquence entraîne des états de conscience modifiés.
LE RYTHME THÊTA (4-7 HERTZ)
Ce rythme apparaît en état de rêve ou de semi-éveil (état hypnagogique associé d’imagerie similaire au rêve). Le rythme thêta associé aux rythmes alpha et bêta permettrait de connecter avec l’inspiration créatrice tandis qu’associé au rythme alpha uniquement, il permettrait la profonde méditation. Selon Maxwell Cade, chercheur et créateur du fameux appareil Mind Mirror, il existe un état dans lequel le rythme thêta est continu et le rythme alpha tend à se rapprocher du rythme thêta. Cela se produirait dans les états de conscience lucide, comme Cade l’a observé chez les guérisseurs et les mystiques qui ont participé à ses recherches.
LE RYTHME DELTA (1/2-4 HERTZ)
Il est associé au sommeil profond. Il a cependant été démontré que ce type d’ondes survient également lors d’états paranormaux.
Patrick Drouot, physicien et guérisseur spirituel, relate dans son livre Guérison spirituelle et immortalité les conclusions d’une expérience menée par l’institut Monroe et à laquelle il a participé. Il devait effectuer une lecture intuitive d’une personne, à distance, pendant laquelle ses ondes cérébrales étaient mesurées. Les résultats furent surprenants : les activités thêta et alpha ont été continuellement éclipsées par une activité delta de haute amplitude. Plus surprenant encore, les appareils ont enregistré le spectre total des fréquences comprises entre delta et une activité cérébrale spécifique appelée gamma, indiquant une activité du lobe frontal très importante. L’activité cérébrale gamma est très rare puisqu’elle atteint des fréquences pouvant aller jusqu’à 58 hertz. Cette activité apparaissait par éruptions, au moment où Patrick Drouot percevait ou découvrait une nouvelle information sur la personne.
Jack Schwartz croit également que les aptitudes intuitives se développent plus particulièrement lorsque le cerveau possède une fréquence d’onde delta. Selon Schwartz : “Si vous descendez l’activité du cerveau en dessous d’un cycle par seconde, vous entrez dans l’infini. Vous allez plus vite que la lumière.”
(source : http://www.ecouteimaginaire.com/etats-conscience-cerebrales/etats-conscience-cerebrales.html)

3/ Explication du procédé (je mettrais en fin, l’éthique que Marjo utilise et nous a donné)
Pour les animaux : ils sont naturellement alignés sur alpha entre 8.5 et 12.
Pour communiquer, nous devons descendre en alpha (sommeil léger : on entend ce qui se passe autour de soi mais on ne répond plus).
Certains animaux peuvent se servir de nos rêves.
Il ne faut pas penser négatif, par exemple votre chat s’échappe, ne pensez pas il va se faire écraser mais : « éloignes toi des voitures, rentre ». Sinon vous prenez le risque de lui envoyer des images négatives et de « provoquer » l’incident.
Comme lorsque vous leur parlez, évitez les négations mais parlez-lui en positivant, et attention au rapport ton / geste ! ^^
Ex : « calme toi ! » en criant et faisant des gestes brusques.
Il faut savoir reconnaitre et accepter le sens premier de ce que nous recevons. Nous avons 60 000 pensées environs par jour qui nous traversent.
Nous ne devons pas poser d’intention, qu’elles soient positives ou négatives, pas d’objectif.
Il faut également être bien avec soi ! Savoir reconnaitre ses qualités et prendre soin de soi !

/4 Le protocole (celui de Marjo + mes notes entre ())
– Toilette énergétique
– Ancrage (c’est primordial. Capacité à être connecté à la terre et bien « accroché » imaginons des racines à nos pieds. L’esprit qui s’éloigne ? repensez à ses pieds enracinés).
– Respiration (au moins 3 consciente)
– Relaxation (mon gros point faible^^, mon cœur est rapidement pris en étau…Marjo me conseillera de passer ce passage et de me concentrer davantage sur l’ancrage)
– Méditation (nous avions un bol pour la raisonnante, nous pouvons le remplacer par l’espace)
– Descendre dans son espace cœur Prendre le temps d’en apprécier tous les aspects, toutes les couleurs, les formes, les senteurs, les textures, les sensations (lieu réel ou imaginatif mais qui est merveilleux et pour nous seul).
-Imaginer une porte. Face à la porte, poser l’intention : je communique télépathiquement avec « roudoudou chat noir de 5 ans » .
– Ouvrir la porte. Envoyer un rayon lumineux vers le cœur de l’animal
– Je suis connectée
– Je me présente (bonjour, je suis Murielle, débutante en CA) et demande l’autorisation
– Echanger : poser des questions claires. Pas de subjectivité. Pas d’émotion. Pas d’interprétation.
(Quelques questions de validité pour commencer : ta maison ? ton jouet préféré, un copain ? alimentation, mode de vie… Les réponses peuvent être très fugaces)
– Conclure en remerciant l’animal
– Ramener le rayon lumineux vers vous
– Fermer la porte
-Poser l’intention : je suis déconnecté

Après ce protocole nous commençons donc par nous installer confortablement et suivons la voix de Marjo qui nous guide pour cette première fois.
Pour ma part la relaxation a été douloureuse ! mon cœur se trouvait dans un étau ! Dès que nous sommes arrivés à créer notre espace cœur, tout est allé très vite ! J’avais choisi un chien du nom de Fudjin, 5 ans.
J’entendais les questions que Marjo nous demandait de poser mais ça allait trop vite, tout se mélangeait. J’ai réussi à ne plus entendre, Fudjin est arrivé dans mon espace avant que je n’ouvre la porte.
C’est très fugace pour ma part : je vois une balle jaune et des enfants. Marjo m’explique qu’il a des balles de couleur selon les saisons, actuellement jaune pour les tournesols, et qu’il joue souvent avec les enfants du voisin.
Parmi nous, certaines sont TRES réceptive et nous donnent des détails. Nous avons pris chacun et chacune une photo d’animal qui nous était complètement inconnu. Nous avions donc validation soit par Marjo, soit par l’un d’entre nous ! Aucune « tricherie » ou réponse « complaisante » !
Chacun peut recevoir par un de nos sens, chez moi c’est beaucoup de sensation (surtout en direct) et visuel.
Voilà pour cette première journée, qui continuera avec beaucoup de dialogues entre nous, nous avons toute partagé nos émotions, nous avons beaucoup ris et parfois eu les larmes aux yeux ! pas facile parfois de recevoir autant d’amour…
Nous irons faire une belle promenade à pieds, dans la forêt, avec les chiennes présentes. Nous en profiterons pour parler de la communication dans l’urgence :
A l’humain à qui appartient le fugueur : visualiser un fil d’or qui part de votre cœur et qui va au sien et qui lui indique le chemin du retour. Se concentrer sur le positif et l’amour que vous lui portez et lui dire pourquoi c’est important qu’elle revienne. Vous pouvez lui demander de se tenir à l’écart des voitures, et de rapprocher d’un humain bienveillant. Se libérer s’il est enfermé. Toujours rester dans le lumineux et le positif (éviter toutes les pensées de peurs et de tristesse).
Puis nous irons dans un petit resto bien sympa ! Comme la nuit est humide, nous ne dormons pas en tente, mais dans le salon 😊. Je pose encore quelques questions avec Caro à Marjo ^^ avant d’aller se coucher.

Dimanche 06 août
Réveillée à 5 puis 6h20, je me lève avant le réveil qui était à 8h00. Caro et moi-même allons chercher les croissants et du pain. Vers 9h30 Ghislaine, Chantal et Jean-Claude arrive. Le temps de se dire bonjour, on se prépare ! Aujourd’hui c’est la pratique !
Ça va être très intense pour certain, dont moi ! Marjo nous accompagne de nouveau, mais le flot de questions (en exemple) est dit avant, de cette façon chacun pourra gérer son rythme. Rappel de différentes questions de validité pour les chats : ton rapport avec les chiens ? où dors tu ? Chasses tu ? Couleur du jouet si un favori….
Je fais une légère impasse donc sur la relaxation, pour m’attacher davantage à l’ancrage. Bizarrement tant que Marjo parle des racines et des pieds, je suis bien ancrée et bien droite, quand elle parle du ciel, j’ai mes épaules qui se penchent !! (Vers le soleil !)
J’ai choisi Tarani, le chat d’un couple d’amis, mais dont je connais peu de chose, et ce n’est pas ce jour que j’en apprendrais….
Une fois dans mon espace cœur, je n’ai rien le temps de faire d’autre que d’être submergée ! Je suis sur Ténébra suivie de Dipti et…Jo ! Puis je vais être à pied à leurs côtés, je tente d’aller vers la porte, leur expliquant que la dame a dit qu’il fallait être seule dans son espace cœur (au début surtout, après on apprend à gérer^^). J’arrive à la porte et tente de communiquer avec Tarani… mais rien ne vient, même pas ma présentation… Je suis trop entourée et je me mets à pleurer.
Je m’excuse auprès de Tarani, je ne sais pas si lui a senti quoi que ce soit, et j’essaie de rapidement refermer cette porte entrouverte. Je retente une seconde fois et là, Etia arrive… pour elle, je m’en veux tellement de sa mort… Je lui ne dis « non pas maintenant, c’est impossible… ». J’ouvre les yeux, bouleversée. Marjo sait me réconforter et trouver les mots justes, mais quelle émotion ! Revoir mon Jo parti depuis plusieurs années avec mes deux juments bien vivantes, puis Etia partie également et envers qui j’ai encore de la culpabilité……
Chantal n’a pas réussi à communiquer avec Moustache, je ne suis que peu étonnée car c’est un jeune chat qui ne vient vraiment que s’il le veut ! Marjo essaiera quand elle aura du temps. Thierry s’est aussi arrêté devant la porte. Nous discutons puis vient l’heure du repas que nous prendrons dehors. L’après-midi, nous repartons sur ce chemin, mais cette fois avec le choix des photos ou des animaux présents. Je retente une photo : Yoco, un chien, encore, de 3ans.
Chacun se met à son aise et nous commençons, cette fois Marjo nous laisse plus autonome mais ayant demandé le bol, elle nous guide un peu.
Je pense que la crainte de revoir tout mon petit monde me fait aller un peu vite… Ils sont là, en effet, et cette fois, je leur dis « ok, mais accompagnez-moi, je viens pour Yoco aujourd’hui ». Je ne sais même plus si j’ai eu le temps de me présenter… j’ai vu une balle jaune (et là je me dis ça c’est moi ce n’est pas possible !) et ressenti une très grande attente ! mais sans savoir quel genre d’attente ! Je ne m’attarde pas plus, sans doute pas convaincu et la peur de mes animaux^^.
Marjo m’explique que la balle jaune c’est normal puisqu’il vit avec Fudjin !! L’attente, elle la sait pour elle, il l’a déjà réclamée ! Le matin même, par une autre d’entre nous et par un autre animal, Marjo a déjà eu cet appel !
Certains en tenteront une troisième, pour ma part j’arrête, je suis comme vidée !

Conseillées par Marjo :
Une adresse vidéo pour expliquer la différence entre empathie/sympathie

Les livres
« La connexion perdue » de Marta Williams « les animaux parlent aux enfants » de Marie Chérie et Mat Tchupitchu http://www.leveilleuse.com/ « perles de sagesse du monde animale » Dawn Baumann Brunke (epuisé) Le prêtre, le médium et le chien – Père Jean Martin
Les cartes de la médecine – de David Carson
Pas directement lié à la CA … mais en lien car on y parle de télépathie … Message des hommes vrais au monde mutant – de Marlo Morgan

ETHIQUE
Voici la charte éthique de Penelope Smith et traduite en français par Caroline Leroux à laquelle j’adhère et que je partage
Le CODE D’ÉTHIQUE se lit comme suit :
Notre motivation est d’abord la compassion pour tous les êtres et le désir d’aider les êtres de toutes les espèces à mieux se comprendre, afin de réanimer les facultés inhérentes à chaque humain de communiquer aisément et directement avec les autres espèces qui l’entourent.
Nous honorons ceux qui viennent vers nous en demandant de l’aide et nous ne jugeons ou ne condamnons personne pour les erreurs et les incompréhensions du passé. Nous honorons simplement leurs désirs de changement et d’harmonie.
Nous savons que pour conserver la pureté et l’harmonie de notre travail, nous nous devons de grandir spirituellement et de bien nous connaître. Nous réalisons que la communication télépathique est un médium qui peut être affecté par nos désirs inconscients, nos émotions excessives, nos jugements et notre manque d’amour envers nous-même et autrui. En sachant ceci, nous marchons sur le chemin de la télépathie animale avec humilité et bienveillance. Nous sommes prêts à regarder nos erreurs et à transformer les croyances qui peuvent influencer la clarté des communications que nous recevons (de la part des humains comme des non-humains).
Afin d’augmenter l’efficacité de notre travail, nous nous tenons informés et nous comprenons les lois qui gouvernent les dynamiques des espèces humaines et non-humaines. Pour ce faire, nous allons chercher les connaissances ainsi que l’aide personnelle dont nous avons besoin pour faire notre travail avec efficacité, compassion, respect et joie.
Nous cherchons à mettre en évidence le meilleur en chacun afin de trouver des solutions positives aux problèmes qui nous sont soumis. Nous offrons notre aide qu’aux gens qui la demandent afin que les gens soient réceptifs à notre aide. Cela augmente de beaucoup notre efficacité. Nous respectons les sentiments et les croyances des autres et notre travail va dans la direction d’une plus grande compassion et d’une meilleure compréhension entre les différentes espèces. Nous reconnaissons nos limites ainsi que ce que nous ne pouvons changer. Nous concentrons nos efforts sur ce que nous pouvons transformer.
Nous respectons la vie privée des gens et de leur compagnon animal. Nous travaillons dans la confidentialité.
Nous faisons de notre mieux pour aider les gens à conserver leur dignité et à décider comment ils peuvent, de façon adéquate, venir en aide à leur compagnon animal. Nous ne cultivons pas la dépendance envers nous et préférons stimuler la curiosité et encourager l’autonomie. Nous offrons aux gens la possibilité de grandir dans leur relation avec les êtres des autres espèces.
Nous reconnaissons nos limites et nous savons quand il faut recommander l’aide d’un autre professionnel. Ce n’est pas notre travail de diagnostiquer ou de traiter des maladies et nous référons les gens aux vétérinaires pour ce genre de chose. Nous pouvons exprimer les émotions de l’animal, dire comment il se sent, les symptômes qu’il présente ou l’endroit où il ressent de la douleur, tels que communiqués par l’animal. Cette information peut être utilisée par un vétérinaire, à sa discrétion. Nous aidons aussi à comprendre et diminuer le niveau de stress à travers un travail d’écoute et à l’aide d’autres méthodes douces. En partagent nos connaissances et en leur faisant part de toute l’information que nous recevons, nous donnons aux clients la latitude nécessaire pour décider de la meilleure façon d’aider leur compagnon animal.
Le but de toutes les consultations, les conférences et les ateliers est de créer un espace pour qu’il y ait plus de compassion, une meilleure compréhension et un meilleur équilibre entre tous les êtres. Nous suivons notre cœur en honorant l’esprit qui habite chaque être et qui nous unit tous.

Un commentaire sur « Notes du stage de la CA (5 et 6 août 2017) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s