La Trans’Yvelines : coté cavalier !

Déjà, et bien c’est aussi CREVANT ! Oui, Oui, je n’aurais pas pensé qu’être à cheval, et tout ce qui est à faire à côté, soit aussi crevant que d’être bénévole.
Bénévole avant, bénévole le dimanche et jeudi pour le montage des paddocks à Septeuil le dimanche (je suis dégoûtée, je ne retrouve plus les photos !!), et celui de Moisson le jeudi !
Jeudi
Pour moi, elle a donc commencé le jeudi ! Après avoir mangé avec l’équipe « paddock », je pars chercher les chevaux. L’embarquement se fait sans soucis et rapidement, nous arrivons sur le site pour 17h30, installation pour eux et Ariane.

Je file ensuite à la maison, douche puis direction Paris (en train, le premier c’est manqué…), supère bonne soirée chez ma belle-sœur pour les 40 ans de son mari ! Nous sommes rentrés tard, couchée vers 1h00….
Vendredi
Levée, 5h00 vendredi matin pour être sur le site dès 6h30. On range les affaires d’Ariane et préparons les chevaux. 7h30 le petit déj, nous partons à 8h30. Forcément nous nous trompons une première fois (dans cette journée c’est la seule « grosse » erreur. Les deux chevaux sont en très grande forme ! L’excitation de voir les chevaux galoper devant et d’entendre les attelages arriver derrière, les rendent encore plus dynamique surtout pour le départ au galop ! Même ma Ténébra est parti avec trois coups de cul suivi de saute-mouton !! Tout ça parce que je la retenais depuis trop longtemps, (elle voulait rattraper les chevaux loin devant elle !).
Journée sympa, nous étions juste toutes les deux avec Ariane, par contre pluie l’aprèm.
Nous avons pas mal de plaine l’aprèm (juste quand il pleut !) ce qui nous change de nos forêts !
Nous avons bien flippé dans le deuxième tunnel !! Déjà, on hésitait à y entrer tellement il était noir ! Je pense qu’on avait plus peur que nos chevaux !
Le midi, nous passons devant un pré, avec deux chevaux. Les nôtres s’arrêtent devant leur abreuvoir…
Je vois les fenêtres de la maison d’à côté ouvertes, je vais sonner et demande de l’eau… C’est une charmante dame qui m’accueille, ce ne sont pas ses chevaux mais elle s’en occupe un peu…. Elle me fait entrer pour me servir au tuyau et nous questionne sur notre randonnée. Adorable quoi !
Nous rencontrons plusieurs fois le petit groupe d’endurance, nous faisons même quelques moments avec eux, c’est vraiment sympa…
Vendredi soir, nous sommes quand même bien fatigués, 44 kms (1 ou 2 de plus peut être), et éprouvant car deux chevaux qui sont TRES actifs, nous avons peu galopé, les terrains sont par endroit très caillouteux,
Je manque l’apéro, forcément le temps d’aller récupérer le véhicule… On décide de se laver dans le van, il n’y a qu’une douche…et bof les odeurs…. L’eau et le foin pour les chevaux est assez loin…
Ariane m’a gentiment toute panser Ténébra, le temps que je revienne avec la voiture. Mais on manquera le spectacle des faucons, l’apéritif et nous arriverons sur le plat (mais il reste des entrées)…
Sabine et Cyndi sont arrivées, on part à 4 demain.
J’aide à finir de débarrasser les tables une fois presque tous partis… Il est près d’1h00…
Samedi
Levée 6h00, mais réveillée depuis bien plus longtemps. Un bruit de matelas gonflable grinçant, trois coups de tonnerre, suivit de la pluie, et un froid terrible !!
J’aide au sac pique-nique en attendant l’heure du petit déjeuner !
Claire « organise » une chasse au trésor de … babibel ! Une bénévole mettait, par erreur, 2 babibels dans chaque sac !
9h00, nous sommes prêtes à partir… oui, mais voilà…. Nous n’avons pas les cartes !! Nous ne pourrons partir que vers 10h00, ce qui se répercutera négativement sur toute notre journée… Ariane est rassurée par Christine qui se propose de me ramener à ma voiture le soir, si on manquait la navette !
En effet, Cyndi a un cheval qui fait de l’endurance, qui a tendance à taper et n’aime pas du tout se faire doubler ; Sabine un cheval qui a l’habitude d’être devant et qui est dominant au pré (et donc sur le cheval de Cyndi, étant au pré ensemble)… Il faudra du temps pour que chacun trouve sa place, j’en profite pour « rééduquer » Untreize ! Dès la fin de la matinée, je peux marcher à ses côtés et le doubler… L’aprèm, Cindy n’en peut plus de son petit trot ! Il est calme dès qu’il se trouve aux côtés de Ténébra, ou devant ! (tant qu’il n’a pas peur, sinon il ne veut pas rester devant !!). Il faut faire tampon, car quand pour Untreize ça va, c’est Sabine qui ne va plus… Les changements d’allures trop fréquents, les terrains pas vraiment cool, (là, les pieds ont soufferts !) le fait de se faire doubler par des groupes ou de se trouver dans l’impossibilité de choisir son allure car trop de chevaux devant ou derrière… les attelages qui les excitaient, ou effrayaient…. Gérer, à tour de rôle Hélios et Untreize, se fâcher mais en restant gentille…
Je me demande comment, parfois, je peux garder mon calme…
Nous avons eu quelques endroits techniques, ça c’est sympa !!
Nous sommes en tout cas, bien heureuses d’arriver !! Même si cette étape est plus petite, elle sera plus épuisante ! Il y aura eu encore plus de route, et beaucoup de cailloux… je suis obligée d’utiliser la râpe pour arrondir ! je n’aime pas trop la forme d’un des éclats sur son antérieur…
Puis, nous attendons la navette pour aller chercher la voiture. Elle ne part qu’après 18h00… Le temps de revenir, de reprendre une petite navette pour la douche, (le site est à 20 mns de marche de celui des paddocks), je manque l’apéritif… mais je suis à table et ne manque pas le discours….
Comme la veille, Ariane part se coucher pas trop tard, je reste pour aider à ranger… mais attention, 1h00 c’est la dernière navette !
La nuit sera moins froide mais ponctuée de quelques ronflements (pas ds notre tente)…. 4h00 une envie pressante, pas de toilettes, ni de bois … je décide d’aller côté route, vu qu’il y a peu de circulation à cette heure-là, plutôt que vers les tentes ! Forcément, une voiture passe !! Il fera un peu moins froid mais on ne coupe pas aux ronflements^^ !
Dimanche
Pareil, nous nous levons donc de bonne heure, car la peur de manquer la navette à Versailles, (une seule et plus tôt que les jours précédents) nous fait partir tôt… De plus, je dételle le van, pour rapprocher la voiture afin de ne pas avoir à faire des kms avec les bagages ! Mais je veux réattelé avant de partir !
Dans la forêt de Marly, nous serons nombreux à nous égarer et plus d’une fois ! Pour le midi nous déjeunons dans un petit coin sympa, ou nous avions déjà déjeuné lors d’une sortie Equi’Tey, et, où nous pouvons ne pas attacher les chevaux…
Nous allons rencontrer les scouts sur notre chemin, nous préférons aller dans les champs mais en restant dans les marques du tracteur, que de prendre un risque avec ces enfants !
Ils étaient plus de 1 000 et venaient de différents pays !!
Heureusement que Delphine connaissait bien le coin, car nos « erreurs » par rapport à la carte, Ariane n’en pouvait plus ! Je l’avais moi-même lâché, quand je m’occupais de prendre en longe Untreize, Cyndi craquant…Il était quand même bien mieux que la veille, surtout quand il se faisait dépasser !
Arrivée sur Versailles et là, dans les allées on nous dit trot et galop interdit….arffffff !! Ben allez dire cela à nos chevaux !! Bien sûr nous avons obéis !! Mais dur, dur de les tenir !! Comment ne pas avoir envie d’aller vite dans ces grandes allées !!!
Hélios nous a montré de superbes déplacements latéraux, et Ténébra m‘a remontré ce qu’était un saut de mouton, et limite elle me faisait le piaffé !!
A l’arrivée, les chevaux ont eu de l’eau, nous un petit goûter, alors que nous avions eu le goûter champêtre !et, nous les avons mis en ligne d’attache… Là, Ariane se fait marcher sur le pied…elle le pousse et s’énerve, lui file une « baffe »…ah oui mais …. !! Il est sellé et en ligne d’attache (pas super bien mise : basse et mal tendue)… Ça ne loupe pas, la corde se prend dans le pommeau ! Panique ! Les 2 Dominique avec qui je discutais, ont failli se prendre le cheval sur eux !! Heureusement que seule ma jument était également sur cette ligne et qu’elle ne paniquait pas !
Vu la ligne, nous les avons attachés à un arbre !! Ariane restait avec les deux, le temps d’aller chercher le van, je voulais la savoir tranquille. Pour le coup, j’ai bien eu le temps de m’occuper de ma Ténébra, car le car était en retard ! Elle était en mode repos, après que j’ai changé les affaires de place car elles semblaient la gêner !! (Je les avais mises contre « son » arbre, car il commençait à pleuvoir !!
Pareil, ils sont remontés dans le van sans souci, Ténébra seule et sans rescue !!
Nous sommes rentrées et au pré, ils ont …galopés !
En résumé :
Tout bénévole devrait faire la Trans’Yvelines, une fois à cheval, et chaque cavalier devrait être une fois bénévole !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s