Le maremmano

Le maremmano est le cheval de labeur toscan. Du fait de sa rusticité, de son calme et de son aptitude à côtoyer les troupeaux, c’est le cheval préféré des butteri, gardiens de bétail de la Maremme.

Un cheval rustique et endurant

Terre encore largement consacrée à l’élevage, la région de la Maremme, en Toscane, est à la fois le berceau et le royaume du maremmano, auquel elle a donné son nom.

Pas un type

Le maremmano n’est pas un type totalement fixé et n’a pas une origine strictement italienne. Les nombreux métissages qu’il a subis rendent difficile l’identification de ses ascendants. Ce cheval sans doute très ancien, dont la force a fait qu’il a longtemps servi aux militaires, est vraisemblablement le résultat de multiples croisements obtenus, au départ, à partir du napolitain. La race a été modifiée et déterminée au XIXe siècle, lorsque les chevaux de souche ont été croisés avec des chevaux anglais, en particulier demi-sang et norfolk roadsters, qui ont amélioré surtout son action et sa solidité. D’autres apports ont encore affiné la race: l’andalou a contribué à augmenter sa taille; le barbe lui a apporté sa vitalité, sa rusticité et sa grande vigueur.

Une souche nouvelle

La souche ancienne est quasi éteinte dans sa forme originale. La race nouvelle, qui est mêlée de pur-sang, est apparue avec l’étalon Fauno, en 1902. Les sujets actuels, toujours mêlés de pur-sang, ont un tempérament plus nerveux que leurs ancêtres et sont réputés avoir beaucoup de caractère.

Une région de marécages La Maremme, aux confins du Latium, était jadis une région de marécages, infestée de brigands et peuplée de bergers. Aujourd’hui, assainie et bonifiée, elle est couverte de la végétation caractéristique du maquis méditerranéen qui comprend de nombreuses espèces bien adaptées à son sol sablonneux et saumâtre. Sur cette terre propice à l’élevage, le maremmano, comme le camargue en Camargue, est particulièrement apprécié pour le travail du bétail. Une culture particulière Résistant à l’extrême, le maremmano est ainsi indissociable du travail des butteri (les «cow-boys» italiens) par son aptitude à couvrir aisément une distance de 50 km par jour parmi collines et larges plaines. Une véritable culture «maremmana» s’est donc développée. Il existe ainsi une selle «maremmana», selle de travail en cuir ouvragée, au châssis en bois et à la forte matelassure, qui ressemble un peu à la selle à piquer. De même, les exigences du travail (le rassemblement du bétail) ont fini par donner un style particulier de monte, dite «à la maremmana», aujourd’hui reconnu et défendu par l’Association nationale de monte maremmana.
Le maremmano est lui-même à l’origine d’autres types, comme le «cheval de Catria», originaire de la province de Pesaro, obtenu par croisement de juments «maremmane» avec des étalons franches-montagnes.
D’abord élevé pour les travaux agricoles légers, puis cheval des gardiens de troupeaux, les butteri, le maremmano est devenu un cheval agile et polyvalent, apte aux loisirs. C’est la monture de prédilection de la police montée italienne.

Une race se dessine

Malgré l’absence d’une politique d’élevage rigoureuse, le maremmano a acquis quelques caractéristiques propres qui lui tiennent lieu de standard.

Origine

Le maremmano, d’abord produit au haras de Grossetto, est toujours élevé dans la Maremme, en Toscane. Type et tempérament D’aspect plutôt ordinaire, le maremmano est solide, endurant et docile; sa polyvalence, sa frugalité et sa résistance aux mauvaises conditions climatiques ont de tout temps été fort appréciées.

Modèle

Le maremmano possède une tête généralement bien proportionnée, au profil droit ou légèrement convexe. Son encolure longue et musclée est très forte à la base; le garrot est net, les épaules assez obliques, le poitrail bien éclaté. Sa poitrine est profonde et son dos court et droit. Les membres du maremmano sont un de ses points de force: solides et courts, bien charpentés, avec des jarrets puissants et bien placés. Les sabots, plutôt larges, sont faits d’une corne noire solide.

Taille

1,60 m en moyenne.

Robe

Toutes les robes simples sont admises, mais le bai et le noir dominent.

Caractère

Heureux mélange de chevaux rustiques et de chevaux de sang, le maremmano possède un tempérament tranquille mais non dépourvu d’une certaine ardeur. Généralement complaisant et assez facile à dresser, il a malgré tout la réputation d’avoir un certain caractère.

 

Un commentaire sur « Le maremmano »

Répondre à Unknown Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s