Le pur-sang arabe

Rapide, maniable, courageux et résistant, le pur-sang arabe séduit avant tout par sa grâce et la noblesse de son maintien. Son énergie parfois fougueuse s’accompagne d’une grande docilité – mais il faut savoir le manier avec doigté.

Le compagnon des nomades

Avec son encolure haute, incurvée et sa tête particulièrement expressive, le pur-sang arabe est très séduisant. Mais, malgré ses nombreuses qualités, il n’est pas adapté à toutes les disciplines.

Des origines guerrières

La race du pur-sang arabe a été développée par les peuples du Moyen-Orient à partir de diverses souches. Parcourant sans cesse les contrées désertiques, partageant à l’occasion le fourrage indigeste, pour lui, des chameaux, ce cheval a acquis une énergie et une résistance particulières. Nomades et guerriers ont sélectionné un cheval au pied sûr, rapide, endurant, capable de supporter sa charge longtemps à vive allure, et n’ayant que de maigres exigences.

Depuis la nuit des temps

La présence du cheval arabe dans les contrées du Moyen-Orient semble remonter à la nuit des temps. De ces régions, il se répandit dans les pays du Maghreb, puis en Espagne et en France lors des invasions arabes. Au moment des croisades, de nombreux sujets furent ramenés en Europe. Dès lors, des chevaux arabes furent introduits dans les différents pays d’Europe tout au long des siècles. Les différents croisements donnèrent naissance au pur-sang arabe moderne.

Père de toutes les races?

Le sang vif de ces glorieux ancêtres coule dans les veines de presque toutes les races de chevaux légers. La pureté génétique dé la race est elle que le pur-sang arabe est remarquablement dominant. II a été utilisé à travers les âges pour affiner et améliorer de nombreuses races. Trois grands étalons arabes furent importés en France et en Angleterre aux XVlle et XVllle siècles: Byerley Turk, venu de Turquie, Godolphin Arabian, en réalité un barbe-arabe, et le fameux DarleyArabian. Ils furent croisés avec des centaines de juments. Certains de leurs poulains devinrent eux-mêmes des étalons très célèbres. On peut dire que ces trois étalons sont les ancêtres de tous les pur-sang. Avec le développement du pur-sang anglais, l’élevage de la race se mit à stagner en Europe. Heureusement, des éleveurs passionnés importèrent de nouvelles lignées et relancèrent son élevage Ce cheval a aujourd’hui beaucoup d’adeptes. Le pur-sang arabe a une peau très fine, et se montre à l’occasion un peu chatouilleux Pour le pansage, choisissez une étrille en caoutchouc plutôt qu’en métal, et passez le bouchon en douceur sur les points sensibles – hanches, ventre, face interne des cuisses, tête.

Type et tempérament

On situe l’origine du pur-sang arabe au Turkestan. On retrouve ensuite la race en Afrique du Nord et en Égypte. C’est vers 150 après J.-C. que les Bédouins commencèrent son élevage dans la péninsule Arabique.

Extérieur

II se distingue par son poil soyeux et la finesse de ses attaches, son encolure arquée, une tête particulièrement expressive et un port de queue élégant. II a une poitrine profonde et ouverte, un dos plutôt court et large, une croupe haute et généralement horizontale. L’attache de la queue, haute, et le port de queue relevé sont caractéristiques de la race. Ses membres sont fins et solides, avec des jarrets longs et droits. La tête du pur-sang arabe est sèche: l’ossature est nettement marquée, les veines se devinent sous la peau. Le front large est surmonté de deux oreilles bien écartées et joliment dessinées. Les yeux ronds et gros, brillants, sont toujours en mouvement. Le chanfrein court, souvent concave, s’achève par un nez fin aux naseaux très ouverts

Taille

1,42 à 1,50 m en moyenne

Robe

Toutes les robes sont admises.

Caractère

Malgré son tempérament plutôt vif, il est assez docile et facile à dresser, mais il demande une main subtile. II ne faut pas employer avec lui d’embouchures lourdes ou sévères. Le pur-sang arabe est un cheval résistant et très maniable, remarquable par son énergie et la promptitude de ses réactions. Ses allures souvent rasantes ne le destinent guère au dressage. Très rapide – il est employé pour les courses au Moyen-Orient, en Russie et, désormais, aux États-Unis – il n’est pas toujours bon sauteur, car il manque de puissance. En revanche, il s’en sort merveilleusement bien dans toutes les disciplines d’extérieur.

 

 http://homeusers.brutele.be/carolo-test/race.html

2 commentaires sur « Le pur-sang arabe »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s